Blocage

Une histoire en 6 pages sur le thème Transports Sentimentaux.
dessin de Merwan
édité en coproduction par Azalys & bdBOUM
Blois 2015

(Cliquez pour lire !)

03
« de 6 »

J’ai écrit cette histoire dans le cadre de ma résidence d’auteur à Blois oct/nov 2015.

Recherche de personnages :

personnages-anais-benoit-3-9-2015

persos-mittel

Préparations de l’exposition au festival bdBOUM 2015 :

atelier-expo-blocage-4

atelier-expo-blocage-2

atelier-expo-blocage-5

 

Histoires cachées

couv_histoires_cachees_mittel-5bc02

Une famille paisible – en apparence – se réunit au complet dans sa maison de campagne, le temps d’un dernier adieu à papi Arnaud. Un jour comme celui-ci est l’occasion de regarder la vérité en face. Mais toutes les vérités sont-elles bonnes à dire ? Entre pieux mensonges, tromperies ou petites dissimulations en tout genre, chacun dévoilera, ou non, son histoire cachée… Car, si un secret de famille, c’est bien, plusieurs c’est mieux !

histoires-cachees-p-5c8-10

Attention : dans cet album, il y a 12 pages à ouvrir pour une seconde lecture ! Ce n’est donc pas un défaut de fabrication …

recette_de_lecture_mittel_gr-2d3c3

“(À la) deuxième lecture : Tout explose, tout s’éclaircit, tout jaillit, tout se découvre, tout est clair, tout est compréhensible, et très honnêtement tout est génial.” (sceneario.com)

Coté fabrication : La BD comporte (comme chaque BD classique de 48 pages) trois cahiers = trois grandes feuilles qui sont pliées 3 fois avant d’être coupées. Pour obtenir nos pages cachées, j’ai demandé de ne pas couper les cahiers à droite (mais bien en haut et en bas). De cette façon on obtient deux double-pages fermées par cahier. Donc six double-pages fermées pour toute la BD. Pour composer mon histoire, je m’en suis simplement tenue aux indications du fabricant qui m’a indiqué que ce seraient donc les pages 10/11, 14/15, 26/27, 30/31, 42/43 et 46/47 qui resteraient non-massicotées.

Le coût de fabrication de l’album était donc le même que pour un album normal. (Guy Delcourt était content.)

histoires-cachees-p-38-c7

Pour lire les 4 premières pages cliquez !

Histoires cachées
scénario de Brigitte Luciani
dessin de Colonel Moutarde

Delcourt 2009
Dans le même esprit :
couv_l_espace_d_un_soir_mittel-14a6c comedie-damour

Comédie d’amour

comedie-damour

Suite à son énième échec sentimental, Jade, une jeune et séduisante actrice, prend la résolution ferme de ne plus s’amouracher du premier venu. Les hommes la troublent et la déconcentrent, si bien qu’elle refuse même de jouer dans des films romantiques. Pourtant, lors d’une escapade impromptue sur le toit de son immeuble, elle tombe… dans les bras de son voisin, Gwen. Succombera-t-elle un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou pas du tout ?

comedie-damour-p1c5

comedie-damour-p1c6

comedie-damour-p1c7

Ici, je profite du genre BD pour mettre en scène la révolte d’un personnage contre le narrateur. Puisque le narrateur prend corps dans l’image (il apparaît/parle dans le cartouche), la confrontation personnage-narrateur devient facile et assez ludique à mettre en scène.

comedie-damour-p19a

comedie-damour-p19b

Pour lire les 4 premières pages cliquez !

Interview pour planetebd.com

Comédie d’amour
scénario de Brigitte Luciani
dessin de Colonel Moutarde
Delcourt 2008

Dans le même esprit :

couv_l_espace_d_un_soir_mittel-14a6c couv_histoires_cachees_mittel-5bc02

L’Espace d’un soir

 « Chassés-croisés amoureux lors d’une pendaison de crémaillère, à suivre aux 4 étages d’un même immeuble. Un Vaudeville moderne et léger, construit suivant un concept novateur et pourtant inhérent au 9e art ! …   »couv_l_espace_d_un_soir_mittel-14a6c

 « C’est bête comme chou, mais il fallait y penser ! Après tout, les cases d’une page quadrillée de BD se présentent comme autant de fenêtres d’un immeuble. Pourquoi ne pas aller jusqu’au bout de cette idée et livrer un album entier construit selon la vue qu’aurait un voisin d’en face voyeuriste ? Le principe est élémentaire : les cases du haut illustrent le grenier, celles du dessous le deuxième étage, celles du dessous le premier et enfin celles du bas le rez-de-chaussée. Les sens de lectures se font alors au choix du lecteur, de gauche à droite ou de bas en haut, ou en sautant plusieurs étages d’un coup… sans pour autant perdre la moindre lisibilité ! Ainsi, avec un certain brio, Brigitte Luciani construit une comédie anecdotique qui dure l’espace d’un soir, quelque part entre le Vaudeville moderne et le récit chorale. Car ces 15 protagonistes ont des occupations qui s’enchaînent et s’intercalent habilement, avec une unité de temps et de mouvement parfaite. Les uns se cachent et les autres complotent dans les cases du haut, d’autres encore s’amusent en dessous, une quatrième s’angoisse en bas… Servi par le dessin léger et stylisé de la dessinatrice « Colonel Moutarde », assez proche des illustrations de presse féminine, tout cela se dévore avec une certaine jubilation. Sans compter sur une pirouette finale habile et inattendue… »  (planetebd.com)

C’est facile de jouer avec les bandes (stripes) : Je déclare l’album “immeuble” et les bandes “étages”. Les personnages peuvent circuler partout dans l’immeuble.

Le lecteur peut lire dans le sens classique, mais aussi de haut en bas — et mettre en relation ce qui se passe simultanément aux différents étages. L’axe du temps est horizontal, ce qui se trouve sur une même verticale a donc lieu en même temps… et un dialogue au 2e étage peut ainsi former un commentaire pour les événements au rez-de-chaussée. (Oui, j’avoue, je me suis bien amusée. Mais c’était aussi un sacré travail sur la partition !)

pour voir le scénario, c’est par là:  @brigitte.luciani • Photos et vidéos Instagram

Interview avec Colonel Moutarde & Brigitte Luciani

L’Espace d’un soir
scénario de Brigitte Luciani
dessin de Colonel Moutarde
Delcourt 2007

Nos autres histoires en BD qui jouent avec la forme de narration :
comedie-damour couv_histoires_cachees_mittel-5bc02