Michel Plessix

Je suis triste. Triste de savoir que je ne le croiserai plus au hasard des festivals. C’était si bien de refaire le monde avec lui à 1 h le matin !

Michel Plessix est l’un de ceux qui m’ont donné envie d’essayer d’écrire pour la Bande Dessinée. J’aime beaucoup ses personnages, son sens de rythme de narration, ces découpages. Je le sens toujours à la recherche d’un petit plus, un jeu avec le lecteur, un clin d’œil à un collègue… C’est une écriture profondément généreuse.

Quand Eve Tharlet et moi avons débarqué dans le monde de la BD, nous avons eu la chance de faire rapidement la connaissance de Michel. Quel joie de découvrir derrière l’immense artiste cet homme délicieux – si humble, si gentil… et si malicieux. Il nous a gracieusement accueillies et conseillé dans cet univers dont nous ne connaissions pas les règles. Et il nous a bien aidé à éviter quelques pièges !  #Contratd’édition

On s’est retrouvés (avec bonheur) sur pas mal de festivals. Un de mes souvenirs les plus vifs :
Festival bdBOUM à Blois 2012. Grâce à une magnifique exposition autour de M. Blaireau & Mme Renarde, Eve et moi croulions sous les demandes de dédicaces. Nous n’avions pas l’habitude et puisque nous sommes (trop) gentilles, nous avions accepté que les gens nous laissent leur album qu’ils revenaient chercher plus tard auprès du libraire. Belle bêtise ! Nous voilà coincées tard dans la nuit, avec toute une pile de BD à dédicacer… pendant que les copains s’amusaient ! – Mais …

Mais – voici qu’arrivent comme des chevaliers blancs : Michel Plessix et Clarke, deux spécimens qui comptent parmi les meilleurs ce que le monde de la BD pouvait nous offrir!

Et si au début, ils étaient juste venus pour nous divertir (grâce à quelques boissons bien choisies ainsi que leur esprit vif et charmant) – ils ont fini par nous prêter main forte pour venir plus vite à bout de cette foutue pile d’albums à dédicacer !

Du coup, si jamais vous tombez sur un de nos albums étrangement dédicacé, ne vous étonnez pas. Ce fut le résultat d’une sacrée bonne soirée !

Triste donc, de ne plus avoir de telles soirées avec lui en perspective. Mais reconnaissante aussi de l’avoir connu.

Adieu, l’artiste! On te gardera dans nos bibliothèques, nos souvenirs et surtout dans nos cœurs. Là, où c’est le plus chaud et agréable, promis. Et toi, tu nous souffleras encore de belles trouvailles, j’en suis sûre…

(toutes les vignettes sont de Michel Plessix : Le vent dans les Saules, édité chez Delcourt)

Que valent les suites ?

Voilà une très bonne question : « Que valent les suites des séries jeunesse qui avaient su nous séduire au premier tome ?  » – Dans cette enquête de BoDoï ils parlent aussi du tome 6 de notre série Monsieur Blaireau et Madame Renarde :

Brigitte Luciani et Ève Tharlet livrent ici le sixième album de cette série jeunesse qui, au fil des sorties, a su conserver les ingrédients qui en font une vraie petite bulle de douceur particulièrement adaptée aux plus jeunes lecteurs.

couv-t6

 

résidence d’auteur

« Auteur en résidence », mais qu’est-ce que c’est ? – Une résidence d’auteur offre en général des conditions de travail favorables à la création : un lieu d’accueil et de l’argent. La résidence est assortie d’une bourse et comporte un projet de création (personnel ou pas) puis différents projets d’action culturelle avec des rencontres, des ateliers, etc.

Pendant les deux mois de ma résidence d’auteur à Blois (oct/nov 2015) j’avais 70% de mon temps libre pour travailler sur mon nouveau projet BD. Le reste de ce temps était consacré à plusieurs rencontres publiques, à l’animation d’un stage d’écriture de scénario BD et à l’écriture d’une histoire courte  pour la série « transports sentimentaux » (Blocage avec Merwan).

Le projet est porté par l’association bdBOUM et la bourse vient du CNL à laquelle s’ajoute une aide de CICLIC.

Voici deux photos de mon « chez moi » à Blois (ah, … que des bons souvenirs !)

salon-1

zimmer

L’affiche du Festival bdBOUM de 2010 (une œuvre d’Emmanuel Guibert) que vous voyez dans la chambre m’évoque de très bons souvenirs car c’était bien cette année là qu’Eve Tharlet et moi sommes venues pour la première fois à Blois. Depuis, nous sommes revenues souvent – et chaque fois avec grand plaisir. Pour moi c’est un des meilleurs Festivals BD en France.